L’histoire

La thérapie par ventouse est une tradition curative ancestrale qui permet de soulager le malade du mauvais sang agglutiné entravant la circulation et pouvant engendrer de nombreuses maladies.

Certes, la maladie et son remède sont présents depuis le commencement de la création mais plus précisément, le traitement par les ventouses et l’épuration du sang sont connus depuis fort longtemps dans différentes sociétés humaines.

En voici quelques exemples :

  • Chez les égyptiens il y a 4200 ans (calendrier grégorien). On a trouvé différentes fresques de cette pratique dans les tombeaux des pharaons de cette époque. Ils possédaient à cette époque le plus grand des hôpitaux qui pouvait exister dans le monde.
  • Chez les assyriens il y a 5300 ans.
  • Chez les chinois il y a 4000 ans. La hijama avec les fameuses aiguilles chinoises restent les plus importants piliers de la médecine chinoise traditionnelle jusqu’aujourd’hui !!
  • Chez les grecs il y a 1400 ans.
  • Chez les romains à leur époque.
  • Chez les arabes et les musulmans. La hijama était connue chez les arabes depuis fort longtemps avant même l’islam. Leur médecine tournait autour de la hijama, la cautérisation et les traitements par les herbes et les plantes. Puis est venu le messager d’Allah sallallahou ‘alayhi wa salam pour confirmer ce remède (la hijama), le pratiquer et inciter sa communauté à l’utiliser comme traitement à tous les maux, et ce dans de nombreux ahadiths authentiques.
  • La hijama est rentrée en Europe par l’Andalousie lorsque les médecins musulmans, leaders scientifiques dans le monde à cette époque y étaient présents.
  • La hijama de nos jours fut abandonnée fin du 19ème siècle début du 20ème siècle après l’effervescence de la médecine moderne, contemporaine et des laboratoires pharmaceutiques. Cependant aujourd’hui, avec l’apparition des effets secondaires de cette nouvelle médecine et de l’apparition de nouvelles maladies, le monde se tourne vers de nouvelles réflexions, pour un retour à des traitements traditionnels et naturels.

Aujourd’hui, elle est reconnu par l’OMS depuis 2004 comme une médecine qui soigne. Elle est classée en médecine alternative et complémentaire.

Elle fait partie de la médecine orientale, de la médecine ancestrale mais aussi de la médecine traditionnelle chinoise.

La pose de ventouse se réfère à toute méthode de traitement naturel dans laquelle on utilise des flacons de succion dans un but thérapeutique. La pose de ventouse est l’une des méthodes traditionnelles qui n’utilise pas de médicaments mais constitue néanmoins une arme utile dans le combat contre de nombreux symptômes et maladies.

Utilisée à bon escient, la méthode est sûre et ne comporte pas d’effets secondaires.

Le but de l’emploi de ventouse est de renforcer ou d’activer les potentiels d’auto-guérison du corps, quand ils n’agissent pas spontanément par eux-mêmes. Les ventouses stimulent et potentialisent les possibilités dont le corps est doté pour résister à la maladie.

L’effet essentiel des ventouses est le reréglage et donc également la régulation des fonctions corporelles perturbées, ainsi que le soulagement des douleurs et contractures, l’amélioration de la circulation sanguine et la diminution de l’inflammation.

Le processus de régulation des fonctions corporelles élimine les blocages qui peuvent avoit été induits par un trouble focalisé ou une consommation excessive de médicaments chimiques, qui contrecarrent les processus naturels de l’organisme, induisant une maladie.

En stimulant la circulation, les ventouses ont pour but de dilater les vaisseaux sanguins. Augmenter le débit sanguin sur les sites de pose, renforce le métabolisme et accélère l’élimination des substances responsables de douleurs et de crampes.

Ses résultats sont souvent rapides et impressionnants car le corps réagit en quelques heures à la pose de ventouse sur les sites appropriés.

Elle peut être préventive, ou bien effectuée en cas de nécessité (douleurs, maux). Elle peut être réalisée à sec (pose uniquement de ventouse) ou humide (extraction sanguine).

La pose de ventouse est une méthode qui traite sans le fardeau des médicaments et qui est absolument sans danger quand elle est utilisée correctement et à bon escient.

N’est-ce pas là une raison supplémentaire d’incorporer le traitement par ventouses dans les méthodes thérapeutiques de la médecine conventionnelle ?

La hijama augmente le taux de fer sans dépasser le taux de la normale… Elle augmente le taux de cortisone naturelle, diminue le mauvais cholestérol, augmente les substances morphiniques endogènes (naturel) du corps, soulage l’hypertension, psoriasis, les Hémorroïdes, la stérilité, les lombalgies (dos)… Elle vient normaliser tous les excès du corps et pallie au manque de l’organisme… (manque de fer, de plaquettes de globules blanc…).

Voici une étude concernant l’indication de la hijama dans : le traitement des céphalées ou maux de tête (il est, néanmoins, nécessaire d’établir la cause de ces céphalées car elles sont très nombreuses : névralgie, migraine, maladie de Horton, tumeur cérébrale mais aussi hypertension artérielle, sinusite, trouble visuel, stress…).

On s’intéresse ici à une étude, réalisée en Iran, étudiant l’intérêt de la hijama dans les migraines et les céphalées de tension (liées au stress) : « The efficacity of wet-cupping in the treatment of tension and migraine headache » de A Ahmadi et al, publiée en 2008 dans la revue « The American Journal of Chinese Medicine » Vol.36, n°1, p37-44.

Ainsi, 70 patients présentant une céphalée chronique de type migraine ou de tension ont bénéficié d’une hijama humide à 3 reprises : J1, J14 et J28.

Puis, ces patients ont été suivis durant 3 mois en évaluant l’intensité des douleurs au moyen d’une échelle visuelle ainsi que la durée des épisodes douloureux.

Résultats : dans 95% des cas, les patients ont décrit une amélioration des symptômes et dans 66% des cas, la douleur, la fréquence des épisodes douloureux et le recours aux médicaments ont diminué de manière significative.